Portrait de Gilles Vauvarin

Pour ce nouveau portrait, j’ai demandé à Gilles Vauvarin de répondre à mes questions.
Gilles est « directeur artistique et webdesigner » en région parisienne.
On vous laisse découvrir son parcours, ses inspirations et ses méthodes de travail.

Bonjour Gilles, peux-tu te présenter en quelques lignes :

Bonjour. Je m’appelle Gilles Vauvarin et je vis à Draveil dans l’Essone depuis presque 3 ans maintenant. J’ai grandis en Normandie entre une tarte Tatin et un Camembert au lait cru, puis j’ai émigré vers Paris l’année de mes 27 ans pour raisons professionnelles. J’aime le web, la nature, le sport, la diversité et la création sous toutes ses formes.

Quelles études ou formation as-tu suivies, et depuis quand exerces-tu ce métier ?

J’ai suivis des études de Biologie Marine à l’Université de Caen que j’ai clôturé en 1994 à Jussieu par un DEA d’Ecophysiologie des invertébrés.

Ne trouvant pas un poste en accord avec ma formation et mes envies, je me suis reconvertis aux technologies web en autodidacte. Mes connaissances se sont étoffées au cours de mes différentes expériences professionnelles en tant que webmaster, intégrateur, analyste-développeur, chef de projet puis responsable informatique.

En 2006, lasse du statut de salarié et de la technique, je négocie un départ de la société dans laquelle je travaille. Je m’investis alors à temps plein durant deux années pour me perfectionner en autodidacte au design et au graphisme numérique. Les connaissances acquises durant cette période d’autoformation ont été synthétisées sur mon blog www.pixenjoy.com.

En octobre 2008, je me suis installé comme webdesigner freelance sous un statut d’artiste auteur.

Quel est le type de client avec qui tu travail le plus ?

C’est variable. Je travaille soit en direct avec des entrepreneurs, des organismes, des PME-PMI; soit en sous-traitance pour des agences web ou des SSII.

Quelles sont tes spécialités ?

Je réalise uniquement des prestations de création graphique sur des applications/sites web standard (html/css/js). Pour le moment, les projets sur lesquels j’ai eu l’occasion de travailler en freelance ont essentiellement été des sites de contenu et des sites corporate.

A côté de mon activité de freelance, j’enseigne le webdesign dans une licence professionnelle multimédia à l’IUT de Corté. Je participe aussi cette année comme bénévole à l’organisation du Paris Web 2010, l’événement incontournable pour les amoureux du web et des standards.

Enfin, je travaille sur un projet personnel avec d’autres indépendants du web. Mais pour le moment ce projet est encore à l’état d’ébauche.

Quels sont tes principaux outils de travail ?

De ce côté la, je suis un peu un extra-terrestre dans le monde du graphisme. En effet mon environnement de travail est 100 % Open Source : PC et système GNU/Linux. Pour le travail sur fichier bitmap, j’utilise Gimp avec quelques extensions qui élargissent ses fonctionnalités. Pour les traitements par lot, il m’arrive d’écrire un petit script qui exploite les possibilités de la librairie ImageMagick. Pour les travaux vectoriels, je dessine avec Inkscape. J’ai également une tablette graphique que j’utilise lorsque je veux faire du détourage précis ou pour des travaux d’illustration un peu plus complexe.

Il m’arrive également de produire moi même certaines photographies. Pour cela, j’utilise un reflex numérqiue Olympus E1 et un pied Monfrotto.

Je ne possède qu’un seul écran de 19 pouces mais parfois je me dis qu’un deuxième écran ne serait pas du luxe.
Je tiens à préciser aussi que j’utilise encore beaucoup le papier et le crayon. Pour faire du brainstorming, de la conception, de la recherche d’idées, rien de mieux que les croquis sur papier. C’est rapide, jetable et notre esprit n’est pas pollué par des préoccupations techniques lié à l’utilisation de l’outil informatique.

Portrait de John’s Graphisme
Portrait d’Emilie Vanvolsem