Comment fonctionne une assurance vie ?

Placement multifonction, mais aussi outil patrimonial sans équivalent, l’assurance-vie est un produit d’épargne très prisé au sein des ménages français. L’assurance-vie permet de transmettre un héritage ou bien de bénéficier plus tard d’un complément pour votre retraite. Cependant, elle reste assez mal connue. Alors, comment fonctionne l’assurance vie ?

L’assurance vie : comment ça fonctionne ?

Juridiquement, l’assurance vie est un contrat entre un intermédiaire financier (une compagnie d’assurance ou une banque) et un particulier (le souscripteur). On entend aussi le terme d’assuré très souvent dans le contrat. En général, l’assuré et le souscripteur sont la même personne. Il faut mentionner dans le contrat le nom du bénéficiaire. C’est en fait la personne que le souscripteur du contrat désigne pour bénéficier du capital en cas de décès. Le bénéficiaire peut aussi être une personne morale (fondation ou association). Les versements effectués par le souscripteur sur le contrat peuvent être investis sur des types de produits financiers différents. Schématiquement, il faut distinguer 2 grandes catégories de supports, dont les unités de compte et le fonds en euros. Il existe, sur le marché, 2 types de contrats d’assurance vie. Le contrat monosupport et le contrat multi support. Historiquement, les premiers contrats d’assurance vie ayant été commercialisée étaient monosupport, c’est-à-dire qu’il ne permettait d’investir que sur le fonds en euro. Les contrats multi supports qui permettent l’accès aux unités de compte et au fonds en euro sont apparus beaucoup plus tard. Ce dernier est le plus proposé par les distributeurs (banque privée, courtiers sur internet, compagnies d’assurance, banques). Rendez-vous sur le site public-banking.com pour voir toutes les actualités bancaires et les actualités financières.

L’assurance vie : quels sont les avantages ?

L’assurance vie est un produit d’épargne multifonction permettant à la fois de préparer sa retraite, de créer une épargne de précaution ou de faire croître un capital. C’est aussi un outil patrimonial hors pair, car il permet au souscripteur de transmettre un capital à des personnes qu’il aura désignées grâce à la clause bénéficiaire, et ce, hors du cadre de succession. Même si le bénéficiaire est souvent un membre proche du souscripteur (conjoint, enfant, petits-enfants), il est également possible de désigner une personne hors du cercle familial. Le capital est transmis dans un cadre fiscal très avantageux. C’est cet aspect multifonction qui explique que l’assurance vie est un des produits les plus appréciés par les Français.

L’assurance vie : comment la choisir ?

Ce n’est pas toujours évident de choisir son contrat d’assurance vie avec la concurrence vive entre les distributeurs différents. En effet, vous pouvez souscrire un contrat auprès d’un conseiller en gestion patrimonial, d’une association d’épargnants, d’une mutuelle, d’un agent général d’assurance, dans une agence bancaire ou encore des banques privées. Vous pouvez même souscrire un contrat d’assurance vie sans vous déplacer avec l’essor de contrat en ligne. Chaque réseau présente ses spécificités. En assurance vie, les agences bancaires montrent une part de la collecte non négligeable. Les produits sont variés et collent parfaitement aux différents profils de la clientèle (personnes fortunées, clientèle aisée, jeunes actifs) et selon les actualités bancaires. Il est nécessaire de les comparer attentivement parce qu’ils peuvent être très chargés en frais et que les performances financières ne permettent pas de les compenser. Souvent, l’offre de fonds fait la part belle aux supports uniquement commercialisés par la société gestion de la banque. Les mutuelles ou les associations d’épargnants proposent des contrats disposant de fonds en euro et qui sur le long terme, affichent des bonnes performances. Les contrats proposés par ces réseaux sont beaucoup moins chargés en frais par rapport aux contrats bancaires. Toutefois, ils souffrent d’une offre financière très souvent moins étoffée comparée à d’autres distributeurs. Les contrats sur internet proposent une offre étendue financièrement et ne facturent pas les frais d’entrée. Cependant, une certaine autonomie est nécessaire du côté du souscripteur. En effet, il doit faire toutes les démarches nécessaires depuis son ordinateur.

L’assurance vie : quelle est sa durée ?

Tout d’abord, il faut savoir qu’il n’existe pas de durée légale pour l’assurance vie. En effet, le contrat se termine au moment du décès du souscripteur. À ce moment, il faut verser le capital aux bénéficiaires désignés. De son vivant, ce dernier peut aussi mettre fin au contrat qu’il a souscrit et procéder à un rachat total. Il récupère alors les sommes qu’il a placées. Vous avez peut-être déjà entendu dire que l’argent est bloqué durant 8 ans avec l’assurance vie. C’est en fait une idée reçue parce que l’épargne est, à tout moment, mobilisable. En pratique, la durée de huit ans correspond à sa maturité fiscale. Après huit ans, les rachats sont peu fiscalisés. Mais en général, il est toujours conseillé de garder son contrat d’assurance vie durant plusieurs années pour amortir les frais d’entrée, quand il y en a. Les frais d’entrées, également appelés frais sur versement sont prélevés dès lors que le souscripteur effectue un nouveau versement. Ces frais sont inexistants dans les contrats sur Internet. Mais au sein des autres distributions, ils peuvent osciller entre 1 à 3,5%. Très souvent, ils sont négociables à la baisse, notamment si le souscripteur verse un capital important.

 

Profiter d’un guide en ligne sur le fonctionnement du blended learning
Qu’est-ce que la logistique de production ?