Comment soigner les petits maux de nos enfants lorsque les premiers froids arrivent ?

Il est bien connu que lorsque les premiers froids arrivent, les enfants sont les premiers à tomber malades. Le jardin d’enfants, l’école et leurs activités sont autant d’occasions de contacts et d’échanges qui peuvent donner lieu à de petits rhumes, à quelques lignes de fièvre, voire aux habituels maux de ventre, souvent simplement dus au stress de la rentrée. Précisément parce qu’il s’agit de phénomènes très courants, il n’est pas nécessaire de recourir immédiatement aux médicaments, mais il peut être utile de connaître des remèdes naturels qui, bien qu’un peu plus “lents” dans leur action, n’ont certainement aucune contre-indication. Voyons-en quelques-uns.

Baves d’escargot

Il est généralement dû à une colique gazeuse. En cas d’allaitement, il est bon de demander au pédiatre quels sont les aliments à éliminer ou à réduire dans l’alimentation de la mère. S’ils sont nourris au lait artificiel, il est conseillé d’utiliser une tétine anti-colique et de veiller à ce que les trous ne soient pas trop grands. Pour aider le bébé à surmonter ces moments gênants, il peut également être utile de :

  • Régulariser les tétées
  • Donner au bébé un bain chaud quotidien
  • Masser le ventre avec de légers mouvements circulaires
  • Bercer le bébé avec des mouvements doux et réguliers en le maintenant sur le ventre

Si le bébé est plus âgé, le mal de ventre peut avoir différentes causes, allant d’un virus gastro-intestinal à une constipation ou une intolérance alimentaire. En général, il est bon d’inclure dans l’alimentation la bonne quantité de fibres, de yaourts, de légumes et de fruits de saison, ainsi qu’une quantité suffisante de liquides pour bien hydrater le corps. En revanche, si le problème persiste ou se manifeste de manière aiguë, il est évidemment préférable d’appeler le pédiatre. Toux Pour calmer la toux, il existe un sirop, adapté aux enfants, à base de bave d’escargot.

Sirop d’escargot

Capable de fluidifier les mucosités, avec des propriétés expectorantes, le sirop d’escargot est idéal pour la grippe et est excellent pour la toux. Il ne présente aucune contre-indication et peut également être utilisé de manière préventive pour défendre les voies respiratoires. Si l’idée de la bave d’escargot ne vous séduit pas, vous pouvez recourir au jus de gingembre sucré au miel, à boire deux ou trois fois par jour. Le gingembre est un expectorant et un désinfectant. Associé au pouvoir apaisant du miel, il devient un excellent remède facile à préparer.

Miel

Le miel est également un excellent remède contre les maux de gorge. Mélangez-la avec du jus de citron, qui assèche la congestion, et buvez-la chaude, une cuillère à café à la fois. La fièvre La fièvre est le premier signal d’alarme qui vous avertit que quelque chose ne va pas. Il ne faut pas le sous-estimer, mais il n’est même pas nécessaire de le supprimer immédiatement avec des médicaments.

Thé au gingembre

Il est l’un des remèdes possibles pour faire baisser la température, tout comme l’utilisation de la mélisse, de la camomille, de la menthe poivrée, de la réglisse et du sureau. Pour renforcer le système immunitaire, l’échinacée et l’hydraste sont excellentes. Certains moyens de réduire la température de l’extérieur peuvent également soulager le bébé : par exemple, des compresses d’eau chaude et de vinaigre blanc ou d’alcool pur aident à disperser l’excès de chaleur si elles sont appliquées sur les poignets, le front, les tempes, le ventre et les jambes.

Les poux de tête ne sont pas des affections saisonnières, mais ils sont certainement liés au contact avec d’autres enfants à l’école, surtout pendant les premières années de l’école primaire. Ceux qui préfèrent utiliser des méthodes maison plutôt que des remèdes naturels préemballés comme ceux à base de fleurs de chrysanthème peuvent essayer de suivre ces conseils : Utilisez de l’huile de thym ou de lavande pour masser le cuir chevelu, et laissez-la agir toute la nuit en demandant à l’enfant de porter un chapeau en coton. Préparez une solution très concentrée d’huile de thym et de vinaigre à frotter sur le cuir chevelu. Dans ce cas également, il est bon de le laisser agir toute la nuit. Après chaque shampooing, rincez avec du vinaigre.

Aliments riches en oligo-éléments

Cette brûlure ennuyeuse dans ma gorge. Le nez bouché. Les deux lignes de fièvre qui nous assomment. Nous ne voulons pas toujours nous mettre immédiatement à l’abri avec des médicaments, parfois par nécessité et parfois par principe. C’est pourquoi il peut être utile de connaître les propriétés bénéfiques de certains remèdes naturels. Parce qu’il est plus facile de les trouver chez soi et qu’ils nous rassurent grâce à l’absence de contre-indications. Un régime ad hoc Comme toujours, une grande importance est accordée au régime alimentaire.

Pour réduire les risques de rhume, il est particulièrement conseillé de consommer des aliments riches en vitamines (surtout C et E), en sels minéraux et en bêta-carotène : carottes, potiron, pommes de terre, tomates, épinards, artichauts, betteraves rouges, brocolis, choux-fleurs et poivrons sont riches en bêta-carotène ; les amandes, les noisettes et l’huile d’olive extra-vierge contiennent de la vitamine E.

Enfin, tous les agrumes et les kiwis sont précieux pour la vitamine C. Boire beaucoup est également une bonne habitude en hiver, car cela permet d’éliminer les toxines plus rapidement. Pour cela, le thé, les tisanes et le lait chaud sont idéaux car, en plus de vous réchauffer, ils vous aident à absorber les liquides de manière agréable. Propolis Comme beaucoup d’entre vous le savent, la propolis est une substance d’origine purement végétale qui a subi un processus de remaniement par les abeilles, avec l’ajout de cire, de pollen et d’enzymes produites par les abeilles elles-mêmes.

Célèbre pour ses nombreuses propriétés thérapeutiques, comprend tout d’abord l’action bactériostatique et bactéricide, à laquelle s’ajoutent une fonction fongicide et des propriétés antivirales et cicatrisantes. Vaisseau antioxydant et protecteur, favorise également l’assimilation de la vitamine C et, en cas de prise interne, améliore la sécrétion des sucs gastriques. Elle est donc utile dans diverses situations, des maux de gorge à l’herpès, car elle est antiseptique et protège l’organisme du développement des bactéries, des virus et des champignons. Echinacea Particulièrement adaptée pour renforcer le système immunitaire, l’échinacea se trouve facilement sous forme de sachets de thé ou d’infusions.

Il peut agir à la fois comme un remède et comme une prévention, car il active le système immunitaire, il est donc idéal pour intervenir en période d’affaiblissement, même avec la présence de fièvre et de grippe. Le miel En plus d’être riche en monosaccharides pour les 80% de saccharose égal à 10%, le miel contient en faible quantité des protéines (telles que l’albumine, la globuline), des acides aminés, des minéraux (calcium, potassium, sodium, zinc), des vitamines (B, C, E et K, dite substance anti-hémorragique). Ses propriétés changent en fonction du type :

Miel de sapin Antiseptique pulmonaire et des voies respiratoires

Il est préférable en cas de bronchite, trachéite, rhinite et grippe. Miel d’acacia Particulièrement adapté aux nourrissons et aux enfants, il est utilisé en cas d’inflammation des voies respiratoires ou du système gastro-intestinal. Miel d’orange ou d’agrumes Antispasmodique et sédatif, il convient en cas de nervosité, d’anxiété et d’insomnie. C’est également un bon cicatrisant, ce qui en fait le traitement idéal pour les ulcères. Miel d’eucalyptus Il a des propriétés antispasmodiques, anticatarrhales, antiasthmatiques, émollientes, antitussives, antiseptiques des voies respiratoires, des voies urinaires et de l’intestin.

Miel d’aubépine

Il est recommandé en cas d’hypertension artérielle, de palpitations, d’angine de poitrine, d’artériosclérose, de spasmes, de convulsions. Miel de tilleul Calmant et antispasmodique, il est recommandé pour réduire la nervosité et l’insomnie. Miel de thym Il a de très fortes propriétés antiseptiques, il est donc préférable en cas de maladies et pour désinfecter les bronches et les intestins. Roiboos Très à la mode ces derniers temps, ce qu’on appelle le thé rouge n’est en fait pas un thé car il ne contient ni théine ni caféine. Au contraire, il est riche en de nombreuses substances importantes pour l’organisme, notamment le phosphore, le fer, la vitamine C, le magnésium, le calcium, le manganèse et le fluor.

Il semble avoir une forte action antivirale, ainsi que des effets bénéfiques contre la nervosité, idéal pour ceux qui souffrent d’insomnie. Grâce à ses propriétés antispasmodiques et calmantes, il convient comme traitement des coliques infantiles. Il est également utilisé pour traiter les troubles digestifs de l’estomac et des intestins. Enfin, en application locale, il a également un effet calmant sur la peau : il soulage les irritations cutanées, l’eczéma, réduit l’acné et les imperfections de la peau. Camomille Ce sont ses fleurs qui sont utilisées à des fins thérapeutiques.

La camomille

Elle a des propriétés sédatives qui la rendent idéale pour les problèmes d’insomnie, mais elle est également efficace pour les problèmes digestifs et intestinaux causés, entre autres, par les virus de l’hiver. Il a également des effets anti-inflammatoires. Eucalyptus Célèbre pour son action balsamique, l’eucalyptus est également un fluidifiant des sécrétions catarrhales du système respiratoire et un antitussif. Pour cette raison, l’huile essentielle d’eucalyptus est présente dans de nombreuses spécialités pharmaceutiques enregistrées, car elle possède des propriétés expectorantes, balsamiques, anti-inflammatoires, anti-rhumatismales, antiseptiques, antibactériennes, antifongiques, fébrifuges, hypoglycémiques et diurétiques. L’herbe aux corbeaux ou herbe aux chanteurs Appelée ainsi pour ses propriétés contre les laryngites, l’herbe aux corbeaux a un effet mucolytique et anti-inflammatoire, elle est donc très indiquée dans les trachéobronchites. Le kaki Dans ce cas, il ne s’agit pas du fruit mais des feuilles. Une tisane préparée avec des feuilles de kaki est un bon remède pour activer le système immunitaire. Il suffit de 4 à 5 feuilles de kaki hachées, y compris la tige et les graines, pour infuser et boire à la fin d’un repas.

Des remèdes sûrs pour la mère et l’enfant

La grossesse est une expérience très importante pour une femme. Souvent, les neuf mois passent sans trop de problèmes, mais il arrive parfois que l’on rencontre de petites perturbations qui doivent être gérées avec plus de soin pour éviter l’utilisation de médicaments nocifs pour le futur bébé. De même, pendant la phase d’allaitement, il est nécessaire de prendre soin de soi en apprenant à éviter les substances qui pourraient être nocives pour le nouveau-né. Voyons comment vous pouvez remédier de manière naturelle à certains des troubles les plus fréquents pendant la grossesse et immédiatement après.

En général, pour essayer de faire face à la fatigue, il est bon de prendre (autant que possible) du temps pour soi pour marcher, faire de l’exercice et manger régulièrement. Ce n’est pas toujours facile, mais se fixer un objectif pour le trouver est déjà positif. Toux et rhumes Pour éviter d’attraper des rhumes et des toux, il est nécessaire de consommer des aliments contenant des vitamines B, C et du zinc. L’ail et l’oignon sont efficaces contre les infections, bien qu’ils ne soient pas des aliments qui facilitent la socialisation. Il est essentiel d’utiliser un humidificateur et de faire des inhalations de vapeur d’eucalyptus, de lavande, de citron ou d’arbre à thé.

Brûlures d’estomac pendant la grossesse

Il est bon de réduire la quantité de nourriture et d’augmenter le nombre de repas dans la journée, afin de permettre à l’organisme de digérer plus facilement. Avant et après la naissance du bébé, il est bon de manger du yaourt, d’éviter les aliments gras et épicés, de boire des tisanes de menthe, de fenouil, de mauve, d’anis, de camomille ou de réglisse (si vous ne souffrez pas d’hypertension).

Fumer et boire du café sont évidemment interdits. Nausées Pour réduire les nausées des premiers mois, il peut être utile de prendre une collation protéinée avant d’aller dormir, afin de réduire la quantité de sucre dans le sang le matin. Sortez du lit lentement, respirez profondément et faites toujours des exercices de relaxation. Le gingembre est très efficace contre les nausées, buvez-le sous forme de thé ou de tisane ou prenez-le en infusion de la racine. Si vous n’aimez pas le gingembre, essayez une cuillère à café de vinaigre de cidre dissous dans une tasse d’eau chaude.

Pour mieux allaiter

Tout le monde sait que la traditionnelle tisane de fenouil, avec l’anis et le galega, stimule la production de lait maternel, à raison d’un litre par jour. Les plantes médicinales telles que l’églantier, l’ortie, la prêle et l’alfa alfa, riches en vitamines et en sels minéraux, sont également utiles. Pour réduire la douleur au sein due à l’allaitement, l’huile de millepertuis est efficace, à appliquer après la tétée, car elle apaise et désinfecte. Un intestin régulier Après une grossesse, il est souvent nécessaire de rétablir l’activité régulière de l’intestin. Vous pouvez utiliser le pissenlit, l’artichaut et le boldo qui, en plus de stimuler la sécrétion de la bile et d’améliorer l’état du foie, ont également un effet détoxifiant.

Il est évident que l’exercice physique doit être pratiqué régulièrement : les promenades et les baignades quotidiennes maintiennent l’intestin en exercice. Il est utile de boire beaucoup de liquide entre les repas et d’incorporer beaucoup de fruits, de légumes et de fibres dans son alimentation. Il peut également être utile de boire une cuillère à café d’huile d’olive avant les repas et de boire des tisanes de fenouil, de mauve, de graines de lin, d’eau chaude et de miel à jeun. Reprise du cycle Lorsque l’allaitement est terminé, on s’attend à ce que le cycle régulier reprenne. Si elle est plus douloureuse, il peut être utile de prendre des gouttes d’alchémille, pour réguler le flux, à associer à l’armoise dans les dix jours précédant le cycle. Si le cycle revient alors que vous allaitez encore, évitez l’armoise car elle contient de la thuyone, qui passe dans le lait maternel et pourrait s’avérer toxique pour le nouveau-né.

Faut-il préférer le sirop d’érable à tout autre édulcorant ?
Herpès génital : comment se passe le dépistage ?